Pourquoi les vignes sont-elles toutes greffées ?

Autour des vignes - - 23 janvier 2018

VIGNES GREFFÉES : AU SECOURS DU VIGNOBLE FRANÇAIS

Venu des États-Unis, un puceron dévastateur envahit les vignes à partir de 1863. C’est le Phylloxéra Vastatrix qui commence ses ravages dans le sud de la France et détruit peu à peu l’ensemble des vignes d’Europe. Peu nocifs sur les vignes américaines, ces pucerons sont une catastrophe pour l’espèce européenne, Vitis Vinifera, moins résistante. Pour sauver le vignoble, les vignerons greffent alors les cépages de Vitis Vinifera sur les racines de vignes sauvages américaines résistantes au parasite. Depuis ces années noires, les ceps sont constitués d’une racine porte-greffe sur laquelle est fixé le greffon, un Vitis Vinifera, partie aérienne de la plante. Vitis vinifera, ainsi préservée, est à l’origine de l’ensemble des cépages cultivés.

QUELQUES PIEDS NON GREFFES SUBSISTENT

Pourtant, même si la majorité des vignobles est constituée de plans greffés, il existe quand même quelques vignes « franches de pied », c’est-à-dire non greffées. En France, par exemple, le vignoble Marionnet en Touraine se compose notamment d’une parcelle de pieds de vignes datant de… 1820 ! : bien antérieures au Phylloxéra, ce sont les plus vieilles vignes recensées dans le pays. Adepte des cépages oubliés, Henry Marionnet plante aussi en 1992 des vignes franches de pied que le puceron terrible ne touche pas. Mais c’est surtout au Chili que l’on trouve ce type de vignes non greffées puisqu’elles furent, à l’époque, épargnées par le phylloxéra.


Crédit photo : Olivier Colas (http://olouf.fr) (Own work) [CC BY-SA 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)], via Wikimedia Commons







Article précédent

Note de dégustation sur Les Vins d'Olivier Cohen - Nature

Article suivant

Le goût du verre : surprenez vos amis !





COMMENTAIRES


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.