Bouchon, la buttapœnophilie élevée au rang d’Art

Portraits - Portraits de gens du vin - - 13 mars 2018

tanin.wine-les-vinotonautes-vincent-joyau

BUTTAPEO-QUOI ? HA, UN COLLECTIONNEUR DE BOUCHON !

Tout amateur de vin a un jour, à l’ouverture d’une bouteille, pris le temps d’humer son bouchon, de le faire rouler entre ses doigts, de le presser délicatement pour apprécier sa souplesse après tant d’années, d’observer ses lignes, sa structure … La majorité ensuite le jette, certains le gardent précieusement.


VINCENT VOYAU FAIT PARTIE DE CES PERSONNES, IL EST BUTTAPOENOPHILE
.

Vincent a exercé de nombreux métiers lui ayant permis d’être au plus près de sa passion et d’accumuler un véritable trésor de liège. Amateur de belles choses, il s’est récemment associé à Emmanuel Perrin, un photographe connu dans le monde du vin, pour tirer le portrait de ses plus belles pièces, seules ou mises en scène, et proposer des tirages d’Art.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?
Mon parcours professionnel démarre dans l’hôtellerie restauration, en tant que serveur, chef de rang, maître d’hôtel, et responsable d’établissement, pendant 10 ans ! Je rencontre dans mes derniers mois d’activité un client travaillant dans le négoce du vin et des grands crus français, il deviendra mon employeur pendant 11 ans. J’exerce le métier de responsable d’entrepôt et gestionnaire de stock et logistique pour des préparations à l’export. De très belles années avec notamment de grandes dégustations … d’où l’idée de conserver les bouchons, souvenirs mémorables.

Te souviens-tu de tes premières émotions liées à un bouchon ?
J’ai beaucoup de souvenirs, bien évidemment, car j’ai eu la chance (j’en suis conscient et reste discret), d’avoir eu entre les mains une grosse partie des plus grands vins français. Pour répondre à ta question, j’ai aujourd’hui 2 bouchons du Domaine de la Romanée Conti : Grands Echezeaux 1993 et Echezeaux 1997, le summum pour un amateur ! Des bouchons qui sont très précieux par leur forme allongée et le logo significatif du domaine ! Mais le plus exceptionnel est celui d’un Léoville Barton 1986 (6 litres) : le bouchon fait 5,5 cm de haut pour 10 cm de circonférence … En photo ça donne cela

tanin.wine-les-vinotonautes-bouchon-de-liege

Comment fonctionne et échange la communauté des buttapœnophiles ?
Je suis devenu buttapœnophile, mais pour être franc, je n’ai pas creusé davantage pour faire des rencontres ou échanges avec d’autres collectionneurs ! Je me suis tellement penché sur mon sujet et projet, que je pense voir ça dans un second temps, via à mon avis les réseaux sociaux, pour également élargir les possibilités de recherche de perles rares !

UN AMOUREUX DU LIÈGE AVEC UNE COLLECTION DE 700 BOUCHONS

Peux-tu nous présenter ta collection ?
Ma collection représente aujourd’hui 650/700 bouchons environ, en majeure partie de Bourgogne, ensuite Bordeaux, Loire, Rhône et enfin de Champagne, Alsace/Jura, et une petite poignée de vins du sud de la France et de l’étranger. Une vingtaine sont mals en point, et constituent une petite collection de bouchons « cassés », avec lesquels on pourra également sortir des œuvres d’art, j’en suis sûr !
Tous sont classés dans un bocal en verre par région, et posés près de moi sur mon bureau, avec un chien de garde à la porte !

Qu’est-ce qui t’a poussé à créer Lumière sur Liège ?
Tout d’abord je suis fan et amoureux de cette belle matière noble, le liège ! Comme beaucoup, je le trouve très tactile et agréable au toucher. C’était une évidence de mettre en lumière ma collection, et de faire passer le message que derrière ces bouchons si précieux pour une bouteille, il y a un vigneron, un terroir, un vignoble, une famille, une histoire … Bref ce n’est pas rien ! Avec les diverses possibilités et déclinaisons possibles via l’image, je me suis dis qu’il fallait tenter l’aventure, parler aux gens et aux amateurs de vins.

Quels sont les projets sur lesquels tu travailles actuellement ?
Les projets actuels sont variés, l’essentiel est de faire connaître le concept et de trouver les réseaux de distribution pour alimenter l’entreprise ! D’un point de vue commercial, j’ai différents salons où je peux exposer nos œuvres, entre Val de Loire, Paris, et des déplacements prévus sur Bordeaux et la Bourgogne.

De quel bouchon souhaiterais-tu tirer le portrait ?
Mon bouchon fétiche serait sans hésitation celui de mes 40 ans, que je fête cette année. J’ai prévu d’ouvrir un Cantenac Brown 78 que j’ai en cave, mais il faut attendre le mois de septembre ! Je n’aurai pas la patience ! Si d’ici là je trouve un autre 78, je le fais photographier et le propose à tous les natifs de cette belle année !

Découvrez le travail de Vincent sur son site Lumière sur Liège


(c) Tous droits réservés Lumière sur Liège







Article précédent

Domaine Les Eminades, un petit tour à Saint Chinian en Languedoc

Article suivant

Le numérique est partout : depuis les vignes jusqu’au client final, il gagne du terrain





COMMENTAIRES


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.